Documents offerts à tous      

   D'où vient l'argent ?

   Consommation lucide

   Le microcrédit KIVA

   Rapport sur votre avenir

   Bons d'exemption de cadeau

   Analphabètes financiers ?

   Endettez ?

   La banque, votre adversaire

   Des revenus supplémentaires

   Épargne = pouvoir

   Le placement est un art





Le pouvoir de l'Épargne

C'est le carburant de votre liberté financière

Quand j'étais adolescent, si mon père m'avait expliqué que l'argent pouvait servir à autre chose que consommer je l'aurais écouté, au moins par curiosité. Et s'il avait ajouté qu’en mettant de l'argent de côté, ce qu'on appelle l'épargne, je pourrais acheter ma liberté financière, je me serais assis avec lui et lui aurais dit : « je veux apprendre. »

T'en gagnes cinq, mets en un de côté !

L'épargne, c'est choisir de différer un plaisir immédiat pour un projet bien plus grand qui se réalisera plus tard. Tout, dans la société de consommation, nous pousse à dépenser immédiatement, même ce que nous n'avons pas encore gagné ! L'épargne, c'est un choix que nous faisons avec ce qu'il nous reste à la fin du mois. C'est la différence entre notre revenu mensuel et nos dépenses mensuelles. Nous l'appelons la Marge Brute d'Autofinancement (MBA).

La MBA, c’est le résultat de notre tableau de bord financier mensuel. Une expression à la grandeur de notre ignorance francophone concernant les finances. En anglais, cette notion se traduit par le terme cash-flow qui indique un flot d’argent, un mouvement. L’expression la plus proche en français serait épargne mensuelle. Il était une fois un écureuil qui cachait des noisettes dans une caisse d’épargne ! C’est une histoire d’argent qui dort debout, le flot d’argent se réduisant généralement à quelques malheureux pour cent d’intérêt par an. C’est déjà bien mieux qu’être un consommateur compulsif, mais ça ne vous mènera pas à l’indépendance financière. La MBA c’est l'épargne non dépensée et disponible… et comme nos parents ou l’éducation nationale ne nous ont pas appris comment « acheter » notre liberté financière, nous le dépensons selon notre penchant psychologique en jouets pour adultes, vêtements, voyages et autres, ou nous le laissons dormir chez l’écureuil.

Cette MBA mensuelle est le carburant du Guerrier intérieur vers sa liberté financière. Il est essentiel de la connaître chaque mois.

Quand une personne me dit « Je sais très bien ce qui me reste à la fin du mois, c'est zéro ! », je sais qu’elle a une mentalité pauvre et qu’elle ne connaît absolument pas ce qui lui reste. Il est mathématiquement improbable qu’il nous reste zéro à la fin du mois. Il peut nous rester +11 cents, - 54 $ ou €, + 108, - 323, + 875, mais il y a fort à parier que le résultat ne sera pas zéro. Zéro, c’est la note des analphabètes en finances personnelles ! Chaque mois, un Guerrier connaît sa MBA et il ne peut le faire que s’il tient à jour son carnet « Où passe mon argent ». Connaître le montant d'argent pour votre épargne c'est le début de l'indépendance financière. Et s'il ne vous reste rien, je vous invite à aller vers la simplicité volontaire.

Quoi faire avec l'épargne de côté ?

La deuxième étape est de savoir quoi faire de cet argent. Comment le faire travailler ? Mettez là de côté (temporairement) et éduquez-vous vers la liberté financière. Si vous n'êtes pas bien disciplinés, vous pouvez utiliser cette épargne pour acheter une maison en vous disant : « Une maison est une épargne forcée. Il me restera quelque chose à la fin lorsque j'aurais fini de la payer. Le locataire paie peut-être moins, mais il risque fort de gaspiller toute cette économie en dépenses de toutes sortes et il n'aura pas d'argent le jour de la retraite venu »

Pour prendre des bonnes décisions, il faut savoir. Nous savons le plaisir que nous aurons avec un voyage, mais nous ignorons le pouvoir de l'épargne. Un pouvoir particulièrement grand si nous commençons tôt.

Ainsi, si je mets de côté 2000 $ par an entre 22 ans et 28 ans (soit 14 000 $) dans un placement rapportant environ 10 % par an je me retrouve à 61 ans avec 628 000 $. Si au contraire je commence à épargner à 28 ans 2000 $ tous les ans jusqu'à 61 ans, j'aurais épargné 66 000 $, mais je n'aurais sur mon compte en banque que 600 000 $. Préférez vous donner 14 000 pour avoir 628 000 ou 66 000 pour avoir 600 000 $ ?

Partagez vos connaissances

C'est pour cela que je me consacre à l'éducation financière des jeunes afin qu'ils puissent établir le coût réel de leurs désirs et l'incidence de tels coûts sur leur avenir financier. Ensuite, chacun fait ses choix. Pour ma part, je dépensai ce que je gagnai jusqu'à ce que je comprenne le pouvoir de l'épargne.

L'important n'est pas ce que vous gagnez, mais ce que vous gardez.

C'est cela l'épargne. Ainsi, l'achat d'une maison trop tôt dans la vie est une épargne forcée qui peut « coûter cher ». Si l'objectif est réellement d'épargner, il y a bien d'autres façons de s'y prendre que de « surconsommer en logement ».

Et si j'ai peur de flamber ces « économies de logement », il me suffit de prendre les moyens nécessaires pour me forcer à épargner. Ces moyens sont multiples :

— Épargne par retrait systématique sur la paie et investissement dans une forme de placement (fonds communs de placement, obligations d'épargnes, etc.)

— Épargne dans un fond de pension collectif ;

— Emprunt pour acheter un placement, etc.

Si vous faites comme moi, vous pourrez passer d'un rendement de placement de quelques pour cent par an à quelques pour cent par mois ! Voyez-vous l'importance d'en savoir davantage pour prendre des décisions financièrement intelligentes. Lorsque je rencontre une personne qui veut avoir une épargne et prendre en main ses finances personnelles, je ne discute pas ces choix. S'il veut que son économie de logement soit transformée en épargne, il trouvera aussi le moyen d'y parvenir en lisant le livre « Le Guerrier intérieur riche et Conscient ».